Juste une mise au point … sur le réchauffement planétaire

réchauffement planétaire

Juste une mise au point … sur le réchauffement planétaire

Au moment où, tout le monde y va de son article fin du monde. La planète brûle et ce n’est que le début d’accord, d’accord. Nous vous proposons juste de mettre de l’ordre dans les terminologies : Réchauffement planétaire et changement climatique. Quelle différence ?

réchauffement planétaire

Chez MétéoGlobale, nous utilisons souvent changement climatique et très rarement réchauffement climatique. Et ce n’est pas une question idéologique. En effet, si on regarde nos voisins anglophones, ils vont parler de Global warning ou de Climate change, ce qui se traduit par réchauffement planétaire ou changement climatique et jamais réchauffement climatique.

Et c’est logique, car l’accumulation des gaz à effet de serre depuis la période industrielle qui a pour effet de piéger la chaleur à la surface de la Terre entraine un réchauffement planétaire. Cependant, toutes les zones de la planète ne sont pas touchées de la même façon.

Si on regarde les zones polaires, elles se réchauffent deux fois plus vite que sur le reste de la planète. En France, le sud-ouest a une augmentation moyenne de 1,1°, et même 1,8° dans la région de Marseille, alors que le reste du pays subit une augmentation de 0,7° depuis le début du 20e siècle. Les zones climatiques réagissent donc différemment en fonction de leur position géographique, de la nature du sol ou encore des courants océaniques. Il est donc préférable de parler de changement climatique.

2018, le signe des changements climatiques ?             

 Voilà la question piège. Il est difficile de parler de changements climatiques sur une seule année. En plus une année qui sera certainement qualifiée par les climatologues d’anormale. Hors de la norme et donc faisant figure d’exception. Ceci étant dit, les changements climatiques sont là et bien là. La fréquence, l’intensité des phénomènes météo extrêmes constituent assurément une preuve tangible de ces changements. Et pour 2018, laissons l’analyse par des climatologues à long terme et l’histoire juger du bien-fondé de ce type d’affirmation.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *